samedi 27 juin 2009

La revanche de mon Père...


La RVF couvre ce mois-ci de lauriers un certain nombre de nos amis. Coté rouge: Barral, Senat, Cortellini, Elian da Ros et quelques petits nouveaux comme les Deux Ânes ou l'Anhel (Corbières)... En cidre, l'inimitable Bordelet. Mais c'est dans la catégorie rosé que le VdmA tient sa revanche. Grâce au "Brin de folie" de Frédéric Palacios (classé 5ème en Languedoc):
"Le rosé du Mas de mon Père est irréprochable, écrit Philippe Maurange. Un nez délicat, tout en gourmandise et précision aromatique, d'un superbe naturel. Fruit très croquant, sans lourdeur. C'est délicieux, long et finement épicé. Idéal tout au long du repas."
Pour mémoire, c'est ce même rosé que l'inénarrable Comité d'agrément de la Malepère avait doublement averti il y a quelques mois pour "goût de papier" et "manque de netteté". A mon avis, l'un des deux se goure. Mais lequel? Comme dirait Coluche: "la réponse est inclue dans la question... Je fais qu'un voyage!".

Episode précédent: "AOC, rien ne change". A propos des commissions d'agrément on peut aussi lire: "La grosse colère de Marcel", "Vous avez dit typicité" ou encore : "les Caves se rebiffent". Entre autres...

6 commentaires:

Luc CARPENTIER a dit…

Je vous avez bien dit que ces messieurs de la commission d'agrément étaient des blaireaux.A mon sens c'est peut-être après avoir fumé le papier que leur esprit n'était plus net.Le Brun de Folie est un rosé droit dans ses bottes et qui à défaut de goût de papier présente un superbe panier de fleurs et de fruits.
De toutes les façons j'ai bien peur qu'il n'y en ait pas pour tout le monde......Bravo fred!
La RVF remonte dans mon estime.

olif a dit…

Va-t-il falloir que je fasse mon mea culpa et achète ce numéro? :-)

luc CARPENTIER a dit…

Il faut bien reconnaître que les lignes ont commencé à bouger.Les critères de classement des différents domaines du Languedoc prennent en compte la régularité qualitative sur plusieurs millésimes ce qui en soit n'est pas choquant mais pénalise un peu ceux dont les progrès sont fulgurants depuis deux ou trois ans.Sur les 100 domaines certains de nos amis sont bizarrement absents.

Pierre a dit…

Non mais là, il faut que tout le monde le sache! On ne va pas laisser passer ça! C'est le rosé de la discorde entre ceux qui cherche à fabriquer le meilleur produit et ceux qui cherchent la standardisation à tout prix.

Nous en avions alors disucté, mais avec cet article élogieux le doute n'est plus possible : le camp qui est isolé et éloigné de la préoccupation du consommateur c'est bien celui de la standardisation. Et vu que Monsieur Frêche a bien entammé son projet d'irrigation des vignes de l'Aude, cette bande d'abrutits ne va plus se sentir faire pipi... C'est bien le seul liquide naturel qu'ils savent faire correctement.

Pierre a dit…

le doute n'est plus possible pour l'opinion publique bien entendu!

xavier a dit…

c'était le 1er mai dernier,
une belle journée printanière annonciatrice de l'été.
Douce, bleue et ensoleillée.
Le matin au réveil, ma femme m'annonce être enceinte.
le midi, un "brin de folie" du mas de mon père le bien nommé.
un "vrai" rosé. frais, direct, présent et fruité.
Et puis surtout, associé à un moment inoubliable.