lundi 30 mars 2015

Complètement Chaintré

Il y a des vins arrogants. Des nectars qui vous écrasent de leur réputation - et de leur prix... - sans jamais vous surprendre. C'est particulièrement vrai en Bourgogne, pays où l'appellation n'est pas toujours raison et où le sublime côtoie le standard, voire le médiocre. 
Et puis il y a les modestes. Ceux qui ne la ramènent pas, mais qui, au verre, ne vous déçoivent jamais.

Prenez un Valette, par exemple, et allez vous promener du côté de ses petites appellations. Ouvrez son mâcon-chaintré, sans façon. C'est un blanc rond et aromatique qui vous enchante aussitôt le palais. Le chardonnay y chante son bonheur d'avoir été cajolé, mûri à souhait et attendu en cave, sans jamais céder à l'urgence de vendre. Un vin de patience, aussi séducteur que son vigneron est discret.

Le plus merveilleux, c'est que les vins de Philippe, parce qu'ils ont pris le temps de venir, savent aussi se faire oublier. Hier, j'ai retrouvé dans ma cave un 2004. Une décennie après, c'est encore un vin de danseuse, d'une fraîcheur étonnante et d'un fruit craquant. Sans prétention, vous dit-on, mais avec un charme fou.

Domaine Valette
Les Buissonnats
71 570 Chaintré
Tél. : 03 85 85 36 59
Macon-chaintré 2011 : 16,50 euros

mercredi 18 mars 2015

De l'Art? Y en a...


Ce n'est pas un Rotko.

Et pourtant c'est de l'Art. Une forme d'Art, en tout cas, qui rejoint la vie.

Ceci n'est pas une Expo.

Et pourtant, on aimerait accrocher leurs oeuvres aux murs de sa cave.

Ceci n'est pas une dégustation.

Enfin, si. Mais plutôt deux.

Ceci est une rencontre.

Entre le Rhone et l'Aude. Le fleuve et la mer.

Entre cousins qui ont en commun Grenaches, Syrah, Cinsault, Carignan... Et une certaine idée du Terroir et du Métier. Entre ceux qui veulent "Changer l'Aude en Vin" et ceux qui rêvent de "Nouvelles Lunes".

Des amateurs? Chiche.

Rendez-vous lundi 30 mars, à partir de 10 heures, à la Cartonnerie - 12 rue Deguerry, 75011 Paris.

Juste un moment...

C'est émouvant de boire un vin qu'on a vendangé. Étrange aussi. Parce qu'on est assailli par le doute : vais-je y retrouver la pègue que la baie laissait sur les doigts en septembre ? La fraîcheur des carignans et des syrah que je croquais pour le plaisir ? L'épice du mourvèdre ? Et l'ambiance des vendanges, on va retrouver ça, dans un verre ?

Vous ne me croirez peut-être pas, mais à l'ouverture de ce corbières, tout y est. Rouge et souple et ensoleillé et frais et tannique. Un vin de copains, un vin de vendanges, qui vous parle du pays et de ces moments envolés. Vous me direz : c'est normal, tu l'as vécun tu projettes... Évidemment ! C'est ça, le vin. Du fruit, du talent, du travail et l'émotion du moment : les amis, la femme, l'homme avec qui on le partage.

Ça vous est arrivé de ne pas réussir à retrouver le goût d'un moment ?

Moi, oui. Souvent. Les cornichons de mon enfance, l'odeur d'un champ de blé après la pluie, le goût d'un vin. C'est idiot, mais on met tellement de soi dans ses souvenirs... Et puis, il y a ceux qui font le chemin à l'envers : il y a les vins qui vous ramènent à des moment précieux. Un vigneron dont la patte vous rappelle des instant joyeux. Les nectars de Sophie sont de ceux-là. Et son Lolo, du coup, c'est un peu le mien.

Clos de l'Ahnel

Sophie Guiraudon
11200 Lézignan-Corbières
Tél. : 04 68 43 18 12
Le Lolo 2013 : 7,70 euros
Les Dimanches : 16 euros

mercredi 11 mars 2015

A moi Sainte Baume!

C'est un rouge souple. Pas du genre qui emporte la bouche ou vous oblige à mâcher. Du style qui coule de source. Un vin reposant et pourtant plein de fruits et des beaux : du carignan pur de la Sainte-Baume, Monsieur. Des raisins bien élevés - pas trop dociles tout de même - et d'une fraîcheur à se damner : la rançon d'un combat acharné mené à quatre cents mètres d'altitude contre une invasion de chênes sauvages, de genêts et d'arbousiers. Ça valait le jus, comme on dit. Ce rouge-là est un provençal, fier comme un type qui revient de loin et s'est fait tout seul. Et pourtant, il chante au palais comme les cigales.

C'est encore plus marrant quand on connaît l'histoire de son vigneron : un universitaire broyé par les contradictions de la politique et recraché un jour, comme Jonas, sur les rivages de la méditerranée, un vague brevet agricole en poche. C'est drôle, la vie. Le gaillard est aussi complexe que son vin est simple, net et limpide. Plus il sue sang et eau, plus c'est dur, plus le nectar est facile, charmant et tendre.

Le nom de cette bouteille fameuse ? L'Antidote. Et de médicament, c'en est un... Contre ces vins prétentieux que l'on vous vend parfois, ici, à prix d'or, contre le virus du "tous pareils" et aussi la tentation de jeter l'éponge. C'est fou, le courage qu'on peut trouver au fond d'un verre !

Domaine des Terres promises
Jean-Christophe Comor
Fioussac, Chemin de la persévérance
83 136 La Roquebrussanne
Tél. : 06 81 93 64 11
L'Antidote 2013, IGP Sainte-Baume, 10 euros

mercredi 25 février 2015

Vieilles grenaches et figues fraîches

Les vignerons ont beau dire, ce sont des artistes. Ils sont seuls à la vigne comme en cave, comme des peintres face à leurs tableaux. Quand ça râle, quand ça cale, ils ne se plaignent pas. Ils serrent les dents. Au contraire, une fois l'oeuvre accomplie et le jus sous verre, les voilà joyeux et partageurs. Ils sillonnent la ville en meute, bouteilles sous le bras. Matthieu Dumarcher et ses copains de la Nouvelle Lune sont de cette race-là : inquiets mais discrets, aussi précis que généreux.

Au moment de passer à table, tout commence par un vin rouge 2013 qui vous met illico le palais à l'heure du Rhône. Du fruit, du fruit, encore du fruit, grenaches et carignans, souples et croquants. Les petites années, c'est bien connu, font les grands vignerons. À côté, sage encore, une vieilles vignes 2012 prend l'air en attendant son heure. Pendant que vous vous régalez, les amis préparent joyeusement leurs prochaines dégustations* : après s'être installés au coeur d'une collection d'art contemporain d'Avignon, ils ont demandé cette fois à un contrebassiste d'"interpréter" leurs vins... Il n'y a pas de mal à varier les plaisirs.

Question plaisir, justement les "vieilles vignes" ont de qui tenir. Les voilà lâchées sur une côte de boeuf rouge à souhait. Les raisins mûrs de la Drome ont trouvé là un adversaire à leur taille. C'est explosif, avec de petits goûts d'anis, un brin de lavande et un parfum de figues fraîches : de ces figues-fleurs que l'on ramasse à la mi-juillet et que l'on dévore sous l'arbre, en laissant le jus vous coller les doigts.

À ce stade, on ne déguste plus, on dévore. Enfin, lorsqu'il ne reste que l'os et que la bouteille a jeté tout son jus, on relève le nez, rassasié. C'est alors que Pascal Chalon pose sur la table sa Petite Ourse 2012. Un petit chef-d'oeuvre à boire sans prise de tête. Et l'on se dit que c'est une soirée qui promet...


* Les 17 vignerons de la Nouvelle Lune font goûter leurs vins en musique le 4 mars au théâtre Golovine d'Avignon, avec le contrebassiste Claude Tchamitchian.

Domaine Matthieu Dumarcher
518 chemin des Chênes
26790 La Baume de Transit
Tél. : 06 09 86 73 22
Vin rouge 2013 et Vieilles vignes 2012, 13,50 euros à la cave

Domaine de la Grande Ourse
Pascal Chalon
1 chemin de Cherfize
26790 Tulette
Tél. : 06 75 64 56 12
La Petite Ourse, 10 euros à la cave

samedi 31 janvier 2015

Pas de Lézard!

Oui, c'est trouble. Et rosé. Non, ça ne ressemble à rien d'autre. C'est souple et fruité. Et formidablement aromatique. Ça croque, ça coule, ça réjouit les papilles : c'est du bonheur en bouteille. Eric, son vigneron est un géant, au sens littéral du terme. Souvent chaleureux, pas toujours commode. Un vrai, quoi, comme on les aime : suffisamment pudique pour ne pas se donner à tout le monde... et généreux comme dix.

Drôle, sa vocation est née dans un garage que tenait son père. Un essaim d'abeilles a déboulé sous une poutre du toit. Une vie changée. De mécano, le paternel devient apiculteur. Et le fils, vigneron... sans jamais perdre de vue le miel - on y vient. Miel en ruche, miel en bouteille. Étrange, dans son rosé, on trouve tout ce qu'on aime du Sud : les grenaches mûrs et gourmands, la souplesse du cinsault, un peu de mourvèdre pour épicer le tout, une goutte de carignan, un soupçon de clairette. Beaucoup de passion, aussi. Et de patience. Tout ça sur le fil du rasoir. Souvent. Mais toujours du bon côté.

J'ai dit Tavel, miel, gourmand. J'ajoute un lézard : l'anglore cher à Frédéric Mistral et à Pfifferling, sinueux comme le Rhône. Je glisse encore que certains prétendent qu'il s'agit du "meilleur rosé du monde". A vous de juger!


Domaine de l'Anglore
Éric Pfifferling
81 route du Vignoble - 30 126 Tavel
Tél. : 04 66 33 08 46
Tavel rosé 2013, autour de 16 euros

Sur le géant de tavel, on peut lire aussi: "Heureux qui comme Eric..."

Copyright @apresleffort pour le Point.fr et le VindemesAmis.

vendredi 16 janvier 2015

Un Bianco Gentile, sinon rien...

Il y a des jours où la mer me manque. L'air iodé, le vent qui soulève le sable, le bleu-gris à perte de vue font du bien à mes neurones assiégés. Ma mer, c'est la Méditerranée. Alors, lorsque l'envie devient trop forte, j'ouvre un Bianco Gentile de chez Arena. BG pour les initiés... 

Le vieux cépage corse, fils rebelle de Patrimonio, est un habitué de ma cave. Et aussi de mes longues semaines d'hiver.  Allez-y ! Ouvrez la longue bouteille frappée de la tête de Maure. Mais ne vous précipitez pas ! D'abord, laissez-le respirer. La Corse est méfiante, elle ne se livre jamais au premier regard. Une fois le vin habitué au verre, vous sentirez monter sa discrète odeur de maquis et ces agrumes joliment mûris au soleil de Saint-Florent. Orange, cédrat, ça se bouscule pour flatter l'odorat. Portez alors aux lèvres et vous découvrirez la richesse, la belle intensité, mais aussi la souplesse d'un grand blanc du Sud. 
Et maintenant, à vous de jouer : quelques oursins glanés au marché et que l'on dévore à la cuillère - hors de prix, je sais... hélas ! - , la complicité d'un loup grillé et de sa chair tendre, une poêlée de supions... Tout est bon. Volubile mais pas bégueule, ce Bianco Gentile n'est pas des vins qui écrasent. Il est de ceux qui subliment. C'est aussi un marin qui aime vous raconter les histoires du pays d'où il vient. Écoutez-le, laissez-vous aller. Et bon voyage.


Domaine Antoine Arena - Morta Majo, 20253 Patrimonio - Tél. : 04 95 37 08 27 - Bianco Gentile 2013, 19 euros au domaine.

PS: Antoine et Marie Arena seront de la fête les dimanche et lundi 25 et 26 janvier pour la dégustation du "Vin de mes Amis" à Verchant.
Retrouvez les coups de coeur de Laurent Bazin sur lePoint.fr et sur Twitter @apresleffort.