mercredi 26 mars 2008

La grosse colère de Marcel Richaud.


Il est fumasse, l'ami Marcel...

D'habitude tout sourire, le vigneron de Cairanne ne digère plus le régime auquel le soumet ce qu'il appelle "l'administration des appellations". Le comité de dégustation, qui avait déjà interdit à son primeur l'accès à l'appellation "Côtes du Rhone village"(on en avait parlé ici), vient de récidiver avec ses rosés.
"Forcément, fulmine-t-il, on leur apprend à rechercher le goût "vernis à ongle", des vins très clairs, très fugaces, de terrasse d'été. Les miens arrivent avec des goûts de poire, de pommes compotées... Très fermés au nez. Du coup, ils choquent. Tu comprends, lorsqu'ils arrivent à l'agrément, il ne sont pas au stade d'évolution des vins traités chimiquement (au contraire de 80% des vins du Rhone, produits par des coopératives qui utilisent des levures aromatisées et "stabilisent" leurs vins à grands renforts de sulfites, les vins de Richaud et d'autres, faiblement dosés en SO2, sont dits "vivants", ndla). Ces vins là, il ne savent pas les goûter, ça ne rentre pas dans la grille!".
Et revoilà Marcel en Vin de Table au nom de ce qu'il décrit en vrac comme une "dictature du goût", une oppression "des standards" et, last but not least, "des pressions oenologiques". Vous avez dit pressions ?
"Je vais finir par le croire... Si j'écoute ce qui se dit, il parait que je suis devenu une "cave à problème"! Alors que les agréments sont donnés d'office à la plupart des vignerons et des coopératives mes vins sont systématiquement contrôlés (la règle dit que l'agrément est acquis, sauf contrôle et dégustations négatives, le contrôle porte généralement sur 20% des cuvées, ndla). Cette année on est venu me chercher des échantillons de toutes mes bouteilles et ça, curieusement, depuis que j'ai dis au directeur régional de l'INAO ce que je pensais de ses méthodes. Alors moi je te dis ce que je fais faire: cette année, l'Ebrescade, je ne la présente même pas... Elle passera en vin de Table avec marqué Richaud dessus. Mon nom au moins, ils peuvent, pas me l'enlever..."
L'Ebrescade, la cuvée vedette de la Maison Richaud, en vin de table... Voilà qui risque de faire causer.

Mais Marcel tient bon. Il n'a visiblement pas digéré l'offense faite à ses cuvées par un comité de "techniciens", comme il dit. Il n'a pas digéré non plus d'avoir dû, à l'automne, ré-étiqueter 5000 bouteilles de Primeur refusées à l'agrément in extremis, alors qu'elles étaient déjà en route pour le Japon, Londres ou Barcelone.
"Il a fallu rappeler les camions et mobiliser cinq types pendant trois jours pour tout refaire à la main. Décoller les étiquettes à froid avec du produit à papier-peint. Faire ré-imprimer et recoller... Remettre tout ça en carton. Même l'importateur japonais est venu nous pretter main forte pour être dans les temps... Franchement on s'auto-flagelle volontiers dans ce pays! Sur ce coup là, c'est la règle qui tue la règle. Je ne suis pas un dynamiteur, mais là un bon coup de poing sur la table ça peut pas faire de mal. Ce système AOC qui était une machine a éliminer les mauvais est devenue une usine à éliminer les différences. Et ça, ça me fout en colère".
Les uns invoquent aussitôt Kafka, les autres Ubu. Certains s'empresseront sans doute de suggérer de leur coté que l'homme de Cairanne, comme d'autres stars du vignoble français, a du mal à reconnaître les défauts de ses vins. Qu'il a perdu le recul... Que le succés lui monte à la tête... Après tout, en vigne comme en télé, ce sont parait-il des choses arrivent. 

Alors, mauvais joueur, Richaud? La question lui arrache un sourire.
"Mon vin n'est pas parfait. Le rosé n'échappe pas à la règle. Je le sais... Mais lorsqu'on cherche le zéro défaut, les vins lisses, irréprochables, on les dépouille aussi de leurs qualités: la précision d'un terroir et d'un millésime, l'identité d'un vigneron. Attention, je dis pas qu'on doit faire des vins flous, aux arôme fermiers et se trouver des excuses sur le dos des commissions d'agrément. C'est pas mon truc. Je préfère les vins nets, précis. La seule chose que je dis c'est qu'il faut laisser le marché juger les vins différents. Si mes clients sont là, si mes bouteilles sont pré-vendues, c'est qu'elles donnent du plaisir. J'espère..."
Cette année, s'il met sa menace à exécution - et c'est bien parti - les bouteilles de Marcel s'aligneront au rayon Vins de table, avec pour seule mention "Marcel Richaud". C'est un luxe qu'il peut s'offrir. Il est l'un des vignerons français dont le nom est devenu, avec les années, une appellation à lui tout seul.

7 commentaires:

pinardier a dit…

Marcel Richaud s'énerve, Mark Angeli avant lui pour son rosé d'un jour... Il faut que ça leur tombe dessus pour qu'il réagissent alors que cela fait bientôt 10 ans que la plupart des vignerons "natures" subissent les bêtises de L'INAO et des comités d'agrément! Alors oui, Marcel Richaud a raison mais oui, il est également un chouilla égocentrique car le problème ne date pas d'aujourd'hui et concerne l'ensemble de la famille des vins naturels. Le meilleur pied de nez est bel et bien de se détacher de L'AOC comme beaucoups de vignerons. La dénomination Vin de table sera alors le reflet de créations artistiques vinicoles et continueront à se vendre, comme avant.
Cordialement

Hub a dit…

C'est aussi parce que des noms plus connus s'expriment sur le sujet que des moins connus pourront se faire entendre. Il y a effectivement quelque chose de pourri au royaume du vin, et je ne suis pas sûr que la réforme européenne soit la meilleure solution ...

Anonyme a dit…

C'est fou de voir comment les vignerons respectueux du terroir sont traités.
Vas-y Marcel, ne te laisse pas standardiser par ces chimistes de pacotille. Dans 10 ans ce sont eux qui rigoleront moins.
On recherche des vins de terroir pas assasinés par les sulfites et les arômes et tu as bien ta place. Rien à fiche de leurs AOC...
Courrage, JP le Suisse

Glaucome a dit…

Bonjour à tous,
Comme j'aime moi aussi les vins de Marcel Richaud, j'ai fais un article dans mon blog:
http://dejabu.fr/2010/05/05/domaine-richaud-cairanne-2008-cote-du-rhone-villages/

Burguet a dit…

Bonjour, c'est bien malheureux que les personnes de "l'organisation des appellations" ne comprennent pas les vins des artistes de ce métier comme Mr. Richaud et son équipe.

Eric Burguet
Gevrey-Chambertin

Geneviève réZIn a dit…

Voici mon petit article sur le sujet! http://rezinleblogue.com/marcelrichaud/

Sab a dit…

Marcel est un puriste, un vigneron rare, qui laisse
la nature s'exprimer alors que tant d'autres trafiquent
les vins pour en faire des standards. Il a raison de ne
pas se laisser faire!!!!!
Bon courage Marcel.
Sabine B