dimanche 13 mars 2011

L'Anglore au Foulard


L'histoire m'est revenue en retrouvant dans les recoins de la cave une bouteille oubliée. Un magnum, acheté il y a trois ans chez un caviste militant: un vin "anti-conformiste", comme le proclame fièrement le lézard malicieux qui orne l'étiquette. Unique en son genre. Et pas très légal, ce qui - évidemment - ne gâche rien... Comme souvent, tout commence par un pari d'ami. Deux vieux compagnons de route, Eric Pfifferling et Jean-François Nick décident de mêler le sang de leurs raisins. Et peu importe que ce soit interdit puisque l'un creuse son sillon en Languedoc, au domaine des Foulards Rouges et l'autre à Tavel, dans le Sud des Côtes du Rhône... Les voilà décidés une fois de plus à dynamiter les normes et les AOC.

A quatre mains, les deux amis accouchent bientôt d'une nouvelle créature: un subtil mélange de puissants grenaches languedociens et de syrahs rhodaniennes. Un hybride tout en fruit, détonant en bouche et inclassable... Ce qui, on l'a compris, était précisément le but!


On peut aussi boire et relire: "Heureux qui comme Eric..." et les aventures des copains du groupe de la "Remise" dans "Sous le manteau".

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Es tu sûr que ce n'est pas un assemblage 100% grenache plutot???

Le VdmA a dit…

Pas à ma connaissance... En tout cas dans la version 2007 qui était la mienne, grenache-syrah... Le mieux serait de demander à ses deux pères...

Le VdmA a dit…

Les premiers millésimes étaient bien des assemblages de grenaches et de Syrah, dixit Eric Pfifferling.