jeudi 24 février 2011

"Cause toujours"... C'est dans la boite!


Agitation au Mas de mon Père. Les jours de "mise", l'ambiance est électrique. Le long du camion, Frédéric s'agite, le visage fermé. Toute la famille est sur le pont. Même Anna la benjamine est mobilisée. Tension maximale. C'est la dernière étape, le moment singulier où le vin échappe à son créateur. L'ultime instant de doute, aussi. Sur la chaîne, les bouteilles défilent et s'entrechoquent. Des mains sûres les alignent aussitôt dans les cartons. C'est fini. Après un an de patient travail de la vigne et de longs mois de cuve, le premier millésime de "Cause toujours" est en sécurité, dans son costume de verre. Prêt pour le grand voyage.

Flash-back.

Il y a 18 mois, d'un trait de plume devant notaire, les Grenaches et les Cinsault du Pépou échappent à l'arrachage. Ce jour-là, les yeux du vendeur brillent. Ils racontent le soulagement de voir ses vignes lui survivre. La fierté de les transmette. Dans la foulée, sous une petite pluie fine, Frédéric et moi partons inspecter "nos" vignes. Les siennes en fait. Parce que la vigne appartient à celui qui la travaille.

Quatre mois plus tard, le vigneron s'attelle à la première taille. Du bout des doigts. Les ceps sont fragiles. Certains tiennent à peine au sol. Frédéric se pose mille questions: faut-il ramener de la terre? Tailler en gobelet ou palisser? Décavaillonner? Enherber? Comment va réagir la vigne sans engrais ni pesticide? Tiendrait-elle le coup? Passer de la viticulture traditionnelle au bio, c'est un virage est à 180 degrés. Risqué.

Au printemps, soulagement. Même privée de ses remèdes pharmaceutiques, la vigne a résisté. La bête est solide. Même si elle a ménagé ses efforts, les grappes sont au rendez-vous. De jolis bouquets de baies vertes et serrées. Même le sol, lessivé par quatre décennies de désherbants reprend vie. La terre est moins compacte. Elle respire.

Septembre. la vendange est modeste. Quelques dizaines de cagettes à peine. Mais dés la fin de la macération en grappe entière, le goût est là. Généreux. Résolument sudiste. Fin novembre, la bouteille qui arrive à Paris sous le manteau confirme cette première impression. En me regardant goûter son vin, Frédéric sourit. Il est content de son coup. Et ça fait plaisir à voir.

Voilà. Près de deux ans se sont écoulés depuis la première poignée de main. Ce matin, les cartons s'entassent sagement dans la petite pièce réservée à la "vente au domaine". 800 bouteilles à peine. Anna est revenue aux jeux de son age. "Cause toujours", lui, n'attend plus que les amateurs.


7 commentaires:

Bon Vivant a dit…

Faut-il comprendre que vous avez acquis la vigne de Frédéric ?

http://bonvivantetplus.blogspot.com/

Le VdmA a dit…

Non. Il faut comprendre que j'ai acquis une vigne (de cépages méridionaux dont il manquait) que travaille Frédéric :-)

xavier a dit…

bonjour,
alors ce nouveau petit n'est trouvable qu'au domaine ?
par correspondance ?
Je sais que sur Paris, j'ai trouvé du Palacios à l'époque à "Âme et esprit du vin". En auront-ils ?

Bref, comment faire pour boire du cause toujours quand on habite Paris
et qu'on ne devrait pas bouger dans le sud avant longtemps ??

Autre question d'ordre indiscrète,
combien ça cout quelques arpents de vignes comme ceux-là ???
(xavalq@gmail.com)

Le VdmA a dit…

@ Xavier: l'objet de ce blog n'est pas de commercialiser du vin, mais de raconter des aventures de vignerons. Cependant je suis sûr que Frédéric saura vous éclairer sur ce point. Il suffit de le contacter (le domaine est en lien).

Pour ce qui est du prix d'hectares de vigne, c'est très variable: la prime d'arrachage étant fixée aux alentours de 5000 euros en Languedoc, on doit imaginer que c'est le minimum auquel un viticulteur peut souhaiter s'en défaire, en ajoutant évidemment à cette somme le prix de la terre nue.

xavier a dit…

Merci de cette réponse.

Je sais bien que ce site ne sert pas à commercialiser du vin.
Moi je le prends comme une manière de découvrir de nouveaux vins,
des vignerons.
Accessoirement, d'avoir une petite entrée (indiscrète ?) dans ces histoires d'hommes (et de femmes d'ailleurs; Je viens d'acheter le livre de C. Bernard).

D'ailleurs, quand j'achète un vin de vos amis, il y a en général 2 motivations.
D'une part, à force d'en gouter, et de les apprécier, je vous fait confiance.
D'autre part, il y a comme un rapport d'intimité avec les vins.
J'ai l'impression de les connaitre, et ceux qui les font.
Par exemple, j'ai été attristé par le décès de M. Lapierre, alors que je ne connaissais que par votre blog.

Voilà.

Le VdmA a dit…

C'est sympa, Xavier. Merci.

Fiona a dit…

Bonjour,

Je vous écris en tant que responsable des blogs reporters du site de divertissement www.zigonet.com

Passionnée du Web, notre équipe de rédaction souhaiterait faire connaître votre blog aux lecteurs de Zigonet... Chaque mois, c'est plus d’1 000 000 de lecteurs et lectrices qui se passionnent avec Zigonet pour les dernières tendances et loisirs, les phénomènes de société et tout ce qui buzze sur la toile. Avec plus de cinq millions de pages vues par mois, Zigonet figure parmi les sites de divertissement francophones les plus visités.
Zigonet, c'est donc la garantie d'une visibilité pour vos contenus et de davantage de notoriété pour votre blog.

Côté technique vous n'avez rien à faire, inscrivez-vous en ligne directement à cette adresse : http://www.zigonet.com/inscription_blog.php et nous nous occupons de tout.

Vous êtes tenté ? Ne tardez pas trop : il n'y aura pas de place pour tout le monde !

Bien cordialement,

Fiona de l'équipe des blogs reporters Zigonet

Zigonet, le site de divertissement à consommer sans modération !
blogs@zigonet.com