lundi 25 octobre 2010

Premier millésime


C'est une belle d'aventure. Une histoire d'homme et d'amitié qui commence autour d'une bouteille et se poursuit avec l'achat d'un bout de vigne au coeur de la Malepère. Oh, modeste, le bout! Trois mille pieds. A peine un hectare de Grenache et de Cinsault, bordé de figuiers et de cerisiers. Un frêle esquif languedocien au milieu d'une mer de merlot et de chardonnay.
"T'emballe pas, m'avait dit Frédéric en auscultant les pieds, un à un. On va les faire revenir. Mais petit à petit... Ca va prendre du temps. D'abord faut les laisser faire. Voir comment ils se remettent..."
Il faut dire qu'ils revenaient de loin nos languedociens. Quarante ans de chimie, d'engrais et de désherbant et soudain... Plus rien! Du jour au lendemain, juste un retour de terre, de la pluie, du vent, du soleil et un peu d'herbe pour stimuler les sols ravinés.
"On verra et on fera, avait prévenu Frédéric. Une cuvée à part. Une cuvée peut-être... Avec ce qui viendra..."
En septembre suivant, il en vint. Mais pas lourd. Quelques dizaines de cagettes de grenache aux grains serrés et moins de Cinsault encore. En cuve, une dizaine d'hectos à peine, que l'ami Palacios fit macérer en grappes entière sous un couvercle de carbone.
"T'as un nom pour la cuvée?", demanda alors Frédéric.
- Cause toujours, j'ai répondu.
- Comment?
- "Cause toujours"... C'est ça le nom! Pour tout ceux qui t'ont dit de les arracher, ces vignes... Pour ceux qui pensent que tu t'échines pour rien à travailler en bio... Et parce qu'une vigne de journaliste, travaillée par un gars du Cru, ça ne peut que rendre bavard..."
Il a souri d'un air entendu. Murmuré comme à son habitude un "pas mal, pas mal...". Et a tourné les talons pour rejoindre sa cave. Affaire entendue.

Quelques jours plus tard, le raisin fit son jus. Puis le jus fermenta. Doucement, à son rythme... Il s'emballa une fois. Mais fût aussitôt ramené à la raison par la main experte du vigneron. Soutirage, barrique et cuve à nouveau. Retour au calme. Fin octobre, l'animal avait presque fini ses sucres. Les "malos" étaient en bonne voie. Et le jus n'avait plus qu'à se reposer de son long voyage. Avant de couler en bouteille, sans doute en sortie d'hiver.

Un nouveau vin au temps des "vins nouveaux". Ce serait un joli présage, non?


"Cause toujours!" rejoindra "Quitte ou double"(blanc), "M comme je suis"(merlot), "C comme Ca"(carignan) et "l'insolite"(malbec) dans la grande famille des vins du Mas de mon père.

4 commentaires:

christian dardelet a dit…

j'ai gouté les jus il y a une dizaine de jours lors d'un passage au domaine et c'est déjà plus bon.
la menthe l'eau dominais sur le jus de tire et la presse était sur la crème de groseille
une grande finesse caractérisais les deux.
"cause toujours" devrait faire parler !!!

Emeline a dit…

quelle bonne nouvelle! j'ai hâte de goûter ce nouveau venu, et d'en causer autour d'un verre... Félicitations à vous 2!

xavier a dit…

Bonjour,

si je comprends bien, vous avez acheté des pieds de vignes, et il sont en "cultivés" par F. Palacio.
C'est du fermage ? du métayage ? une association ? un prémisse de coopérative ?
Il y-a t'il un cadre légal particulier, ou cela repose-t'il uniquement, ce serait beau, sur la confiance et l'amitié ?

Excusez-moi ces questions, ce n'est pas que de la curiosité, c'est juste le désir d'en savoir plus, pour, pourquoi pas, me lancer itou dans ce genre d'aventure...

Merci par avance,

Bien à vous

Xavier
xavalq@gmail.com

le VdmA a dit…

Vous avez tout compris, Xavier.

Pas d'argent dans cette affaire là. Rien que de la confiance, comme vous dites joliment. J'ai le plaisir d'avoir des vignes, Frédéric les faits revivre et récolte les fruits de son travail pour en faire son vin.

Amitiés.

Laurent Bazin