lundi 3 octobre 2011

Anjou et contre tous!


C'est une des fortes têtes de la Loire. Un franc tireur du rouge d'Anjou qui depuis près d'un quart de siècle cultive sa différence sur sept hectares de Cabernet, de Grolleau et de Gamay. Ca fait deux décennies maintenant qu'Olivier Cousin (ci-dessous, photo Rafaele Bonivento) a rayé de sa carte les sucres ajoutés et les pesticides. Vingt ans qu'il participe au renouveau de son appellation à grands sillons et au cul de ses chevaux. Avec un art consommé de la provocation:
"Nous, on est une bande de gueux, proclamait-il ainsi en juillet dernier dans le Monde Magazine. On fait du vin parce qu'on adore ça. Et si on a envie d'en reprendre un deuxième verre, c'est qu'il est bon"
Il y a dix ans, lassé des tracasseries administratives et de la dictature des Commissions d'agrément, il a claqué la porte. Lui qui incarne l'Anjou mieux que personne, a tiré un trait sur l'Appellation d'Origine Controlée (AOC) pour se réfugier - et il n'est pas le premier! - au rayon Vin de Table (devenu Vin de France). Mais on ne se refait pas... Pour faire la nique aux mauvais buveurs de la profession, ce cabochard s'est vengé avec humour en détournant l'acronyme qu'on lui refuse: sur ses cartons, il a inscrit AOC... Pour "Anjou Olivier Cousin"! C'en était trop aux yeux de la profession:
"Ils ont fait très fort!, s'indigne la journaliste vigneronne Sylvie Augereau, sa voisine. Comme il refuse le système et ne se présente pas aux dégustations d'agrément, il n'a droit à aucune mention géographique. Résultat: dans cette région miséreuse ou les cuves débordent, il se retrouve accusé de tromper le consommateur, de se servir d'un grand label pour vendre un vin que, de toute manière, il n'a aucun mal à écouler!"
L'addition risque d'être salée. Parce qu'elles l'accuse de "faire du tort à l'appellation" (sic), les Fraudes menacent Olivier Cousin d'une amende pouvant atteindre 45.000 euros. Un comble pour un vigneron né sur cette terre angevine et qui participe chaque année à faire rayonner sa région des Etats Unis au Japon. Pourtant, les pieds bien campé dans ses vignes de Martigné Briand, le rebelle se dit déterminé à affronter cette nouvelle tempête:
"Je ne veux pas qu'on me plaigne!, répète-t-il bravement. C'est un combat. Moi, je suis un gaulois, un guerrier. J'aime la bagarre. Et je n'ai pas fini de me battre!".
Aujourd'hui pourtant, Olivier est écoeuré par ces vexations. Fatigué aussi des contrôles à répétition auxquels il est, comme par hasard, soumis plus souvent qu'à son tour. Mais de là à baisser les bras, il y a un monde, assure-t-il. Et tant mieux. Parce que ça, pour le coup, ça ferait - vraiment! - "du tort à l'appellation".


Pour soutenir Olivier Cousin, vous pouvez ajouter votre nom à la lettre collective au Procureur de la République que vous trouverez ici, sous la plume de Sylvie Augereau.

A part ça, à propos de rebelles et de "retoqués", on peut aussi lire, entre autres: "La grosse colère de Marcel", "Vin de table toi-même" ou encore "Les caves se rebiffent".

5 commentaires:

Bon Vivant a dit…

C'est un scandale énorme. La sanction nie tout ce qui fait l'esprit frondeur cher aux Français, et l'humour. La bloglouglou doit sauver le Cousin comme elle a sorti d'affaire le Olivier B qui, pourtant, présentait moins d'atouts que ce gueux-là. C'est très drôle Appellation Olivier Cousin et Sylvie Augereau parle juste.

Le Sotmelier :-) a dit…

Vu d’ici en (Belgique !), on se demande vraiment si la France et son « INAO » avec ses comités d'agrément, ne devraient pas s’occuper de choses plus importantes !!! Pendant que la consommation de vins Français chute par rapport à d’autres Pays producteurs, doivent-ils vraiment pénaliser un vigneron bosseur, qui a du talent et l’humour ! Ne devraient ils pas plutôt chasser les fraudeurs, aider les jeunes, défendre des Hommes et surtout des diversités !?
Dans les années à venir, les prochaines générations voudront uniquement boirent des vins de Romain P. ; de Cyril A. ou de Marc K., etc ; qu’ils viennent du nord ou du sud, de l’ouest, du Centre ou de l’est, qu’ils soient rouges, rosés ou blancs, avec ou sans bulles, qu’ils s’appellent « Cuvée mon AOCé », « Plus belle la vie » ou « Vin Français de France fait par un pas Français d’origine inconnue » …. !! C’est déjà souvent le nom et la réputation du producteur qui fait la vente, bien avant l’appellation, dont de plus en plus de clients n’ont rien à faire !
Est-ce que les « comités d’agrément » ne sont ils pas constitué d’autres vignerons ? Est-ce bien raisonnable ? Pourquoi pas, comme dans certains concours, des comités d’agrément « panachés » (un vigneron, un touriste amateur, un cuisinier, un sommelier, caviste ou importateur, etc..)??

Antonin Iommi-Amunategui a dit…

Le problème me semble largement passer le cadre des blogs, et met en question - une fois de plus - l'organisation de tout le système "vin" en France. Il est franchement de refonder tout ça... Et, tiens, pourquoi pas ?

Vicente a dit…

Bonjour. Je vous écrit de l´Espagne. J´ai gouté pour la première fois un vin d´Olivier Cousin il y a un mois, Le Cousin Rouge Vieilles Vignes en magnum, c´était à Paris (Le Verre Volé) et depuis ce moment-là je cherche les bouteilles de Cousin en Espagne. Sans doute un vin étonnant, émouvant et vivant. Une mauvaise nouvelle l´amende, une injustice, incompréhensible.

Nelson a dit…

Hello! My first visit, will visit you again. Seriously, I thoroughly enjoyed your posts. Congrats for your work. If you wish to follow back that would be great I'm at http://nelsonsouzza.blogspot.com
Thanks for sharing!