dimanche 11 janvier 2009

Fauche qui peut...


In vino politicas... Ça se confirme avec la sortie de la première bouteille-tract. Ce "vin des faucheurs", "100% anti-OGM" est l'oeuvre d'un vigneron bio de Mollégès, au pied des Alpilles. Fabrice Benoit mène son Domaine en terrasse sur 30 hectares (bigre!) et affiche désormais clairement ses opinions politiques. 

Le sillon politique a déjà été largement creusé par certains vignerons du Sud comme Jean-François Nick aux "Foulards Rouges", allusion assez explicite aux héraults de la Gauche Prolétarienne. Mais si la bande de la Remise affiche volontiers ses opinions, elle n'a jamais poussé le militantisme jusqu'à transformer une étiquette en Dazibao

Cela dit, ce n'est pas la première fois que le vin est utilisé comme support de campagne. Pendant la Présidentielle 2007, de petits malins avaient ainsi détourné l'image d'une bouteille de Mouton-Rotschild pour en faire un Chateau Sarko. Sous-titre: "le vin que le candidat UMP boit avec ses amis patrons". En Italie, un vigneron-militant producteur a créé récemment le premier vin "100% Anti-Berlusconi". Il faut dire que le premier ministre italien venait lui-même de se comparer à un grand vin de toscane, le Brunello di Montalcino, estimant que lui aussi "s'améliorait avec les années". On sait que Nicolas Sarkozy, lui, boit peu. De ce coté là, on est donc à l'abri. A moins qu'un petit malin... 


6 commentaires:

Berthomeau a dit…

Les "héros" de la GP, faut pas pousser pépé cher ami... Benny Levy par exemple. Lire les Tigres de Papier d'O Rollin ou mes petits écrits du dimanche par exemple
Chap5. De Javel à Ste Anne, mourir pour le peuple c’est léger comme une plume http://www.berthomeau.com/article-20338722.html

signé un ex-68 J.Berthomeau

Baba2B a dit…

Il y a aussi le sauternes "Domaine de la gauche" qui en 1981 orna son étiquette du poing à la rose.

Emeline a dit…

Utiliser la bouteille de vin comme étendard politique me fait penser à une prise en otage, ou "comment l'homme devint bouteille". Que le vin libère la parole et amène donc à discuter politique, c'est une chose, mais qu'il soit prétexte à passer quelconque message, je trouve ça brutal et injuste. Et que le vigneron réduise tout ce travail à une idée placardée sur une bouteille, je ne comprend pas. j'ai l'impression de voir un enfant partir à l'école en homme-sandwich!!! Bref, le militantisme politique dans le vin, bof....

Anonyme a dit…

J'ai comme l'impression qu'ils y en a qui confondent Pierre Overnoy avec Pierre Overney !
Jean-Baptiste

Anonyme a dit…

Politique, politique... Est-ce bien de la politique ou bien un marketing bio-"politique" pour cibler au mieux ce petit marché de niche des consommateurs bio-"militants" (militantisme de consommation uniquement par ailleurs) ? Je me fait cette réflexion car ayant vu cette bouteille au milieux d'autres dans un Biocoop, elle se démarque vraiment des autres, on ne voit qu'elle !

Ensuite, il faut voir ce que ça vaut. Jusqu'où ce monsieur est-il "bio" ? Utilise-t-il des produits en cave ? Enfin, son vin est-il bon ?

A plus !

Vnr

Egmont a dit…

Ah ah! Berlusconi qui se compare au Brunello! Evidemment, ils ont un point commun: ils sont au centre de tous les scandales ;-)