jeudi 5 juin 2008

Que d'eau, que d'eau...


Dominique Andiran rêve "que ça s'arrête enfin", Marcel Richaud ronge son frein en "faisant de la paperasse", Jean-Baptiste Senat a "bricolé en attendant", quand à Eric Pfifferling, il en profite pour soigner - faute de mieux - une "enquiquinante" douleur à l'épaule. C'est peu dire, en tout cas, que ce printemps orageux inquiète mes amis.
"Juin, c'est la période des fleurs, le moment où la vigne est la plus fragile, raconte l'ami Andiran, qui a profité du déluge pour peaufiner la nouvelle étiquette de son Magnus. Chez nous, ça n'a pas été aussi violent qu'en Madiran où certains copains ont déjà perdu les deux-tiers de leur récolte. Mais tout de même: si les fleurs dérouillent, c'est le raisin qui morfle. On joue gros par ces temps là."
Même prière silencieuse en Malepère, chez les Palacios.
"J'ai le feu en mildiou, raconte Frédéric. On a encore pris 18 ml lundi. Presque 80 ml en un week-end... 140 pour le seul mois de mai, c'est 3 fois plus que d'habitude. Je cours partout... Et le pire c'est que je peux pas rentrer dans les vignes de peur de tasser les sols. Et jusque-là, je ne pouvais pas traiter non plus, parce que mes produits sont lessivables (les produits bio sont des produits de contact, moins accrocheurs que certains produits chimiques qui eux "pénètrent" la plante, ndla)!"
En Côte du Rhone où la pluie est pourtant tombée drue, on se veut plus philosophe. Mais chez Pfifferling comme chez Richaud, des premiers signes de mildiou, mais aussi le Rot brun, ont fait leur apparition sur les grappes.
"C'est vrai que c'est un cap difficile, reconnaît le vigneron de Tavel, qui a fait voeu d'intervenir le moins possible dans ses vignes. Les tonnes d'eau qui sont tombées ont lessivé le cuivre et le soufre qui nous protègent du mildiou et de l'oïdium... Alors maintenant, "wait and see"!"
A quelques encablures, appareil photo en bandoulière, Marcel Richaud regarde avec appréhension ses vignes blanchir sous une pluie fine. Le Grenache et le Carignan sont déjà en fleurs (photos ci-dessus et dessous), tandis que les futures grappes de Syrah agitent au vent leurs capuchons.
"Notre chance, explique justement Marcel, c'est le mistral qui s'est levé. C'est lui qui va nous "sauver" des eaux... Enfin, il ne faut pas noircir le tableau, tempère-t-il aussitôt. Moi je trouve que vu ce qui est tombé (110 ml en quinze jours sur Cairanne, ndla), la pression des maladies n'est pas si forte que ça. Peut-être parce que la terre avait besoin d'eau et qu'elle l'a absorbée. Peut-être aussi parce que le bio, l'enherbement naturel, rendent nos vignes plus résistantes. En tout cas, moi, je veux y croire".
Croyance partagée - et avec quelle force! - par Bertrand Gautherot. Champenois de naissance, le créateur de Vouette-et-Sorbée  est, par terroir, un habitué des "aléas climatiques". Les "printemps pourris" ne l'émeuvent pas.
"Franchement, ça m'étonnerait que la vigne sorte indemne de la série qu'on vient de connaître, concède-t-il. Mais que veux-tu? Faire comme les gars du village autour? Paniquer, s'inquiéter de l'apparition des premières tâches de mildiou? Se dire que la récolte est foutue? Sur-traiter au risque d'avoir des vignes rabougries? Non... Je préfère encore perdre une partie de la récolte que d'assommer le sol. C'est vrai que je suis un peu envahi par l'herbe, que j'ai pris du retard, qu'en cave les "malo" (fermentation malolactique, dernier stade la fermentation du vin ndla) se font attendre... Et alors? Cette année encore on fêtera tous Noël en décembre, non?"
Alors 2008, année pourrie? "Ne sacrifiez pas trop vite le millésime", plaident encore les Gautherot, qui, pour la première fois cette année ont poussé la logique bio-dynamique jusqu'à ne pas du tout traiter une petite parcelle. "Un essai à zéro protection", comme dit Bertrand. Pour mesurer la véritable pression des maladies sur la vigne.
"Avec ça, au moins, ajoute-t-il, on en aura le coeur net. On saura si ça valait le coup de monter dans les tours...".
Moins habitués à ces printemps diluviens, les sudistes de leur coté se veulent optimistes.
"On n'a pas dit notre dernier mot, plaident en choeur Frédéric Palacios et Jean-Baptiste Senat. Les jeux ne seront faits qu'aux vendanges. Et puis l'eau, faut pas oublier, que ça peut aussi être une bénédiction dans le Sud, sur des vignes bien menées. Mais si ça continue comme ça ce qui est sûr c'est que ce sera encore une "année vigneronne". Seuls les meilleurs s'en tireront".
Rien de tel qu'une année difficile, dit-on, pour séparer le bon grain de l'ivraie. A condition de ne pas avoir tout perdu avant, diraient les 5000 viticulteurs rassemblés hier à Carcassonne. A condition aussi que le soleil finisse par s'installer durablement sur les vignes...

1 commentaire:

Iris a dit…

mais il est déjà là, depuis lundi, le soleil dans le Sud - et accompagné par son copain, la tramontane.

Les vignes se montrent contente de cet apport d'eau sur nos coteaux un peu arides ces dernières années, qui va leur aider à tenir le choc en été, toutes fraiches, toutes pimpantes - même au milieu des herbes et des fleurs. C'est vraie, dans notre arrière pays et à 300 m d'altitude, les floraisons sont moins avancées qu'en pleine ou en Rhône, cela rassure.

Vu de Lisson, vraiment pas de raison de décrier le millésime pour l'instant.

(et qu'en bonne paysanne, je croise les doigts pour la suite, va de soi:-))