jeudi 13 novembre 2008

PS : I love Arena!


Tout émoustillé par le précédent article sur Patrimonio, j'ai ouvert une bouteille de ce Bianco Gentile qu'Antoine Arena couve comme une mère-poule ses oeufs les plus précieux (et dont j'ai la chance d'avoir quelques flacons en cave...). On a déjà raconté ici comment la bouteille, issu d'un hectare d'un des plus vieux cépages corses, devait se contenter d'une mention "vin de table", faute de rentrer dans les critères de l'AOC. Mais passons... Car le meilleur est à venir. 

Ouvrez, sentez, laissez le vin s'oxygéner un peu... Et puis replongez le nez... 

Observez cette discrète odeur de maquis, ces parfums d'agrumes joliment mûris au soleil de l'anse de Saint Florent. Cette intensité. Cette souplesse. Imaginez la merveilleuse complicité avec un loup grillé, une poêlée de supions (je ne résiste jamais à celle de mon ami Augustin, à la Villa Corse) ou une plâtrée d'oursins juste ramassés et qu'on dévore à la cuillère. Goûtez l'élégance aussi d'un 
vin qui est aussi volubile après la mise, qu'il peut accompagner un plat en gentleman, après une année de bouteille.     

Il y a des vins qui vous parlent de leur terroir et de leur vigneron (à droite Antoine et Antoine-Marie à Carco). Des nectars voyageurs qui aiment vous raconter les histoires du pays d'où ils viennent. Ceux d'Antoine Arena et de ses fils sont comme ça. Un pur bonheur.

1 commentaire:

DQJM a dit…

rhhaaaa la Villa Corse. C'est pas sympa d'évoquer ce lieu de perdition culinaire pour une lectrice exilée du côté de Madrid. En plus de l'assiette de supion, moi j'adore le pavé de thon aux noisettes ET l'assiette de charcuterie bien sur. C'est décidé à noël je passe y diner et je demanderai s'ils ont ce vin à la carte. DQJM