jeudi 4 septembre 2008

Qui connait Gary Vaynerchuk ?


Gary Vaynerchuk est un fou furieux. Un dingue de vin doublé d'un petit génie des affaires. Ce caviste iconoclaste, immigré aux Etats Unis à l'age de 3 ans, a crée en 2006 sa propre télé sur le net. C'est là, avec son air de copain de promo,
un mélange d'exaltation et d'anti-conformisme, qu'il a commencé a prêcher - à sa manière, inimitable - la cause de la dive bouteille. 

A l'heure où le patron de TF1 rêve de créer une émission de télé sur le vin (dans la RVF ce mois-ci), voilà un style qui pourrait trouver sa place. Qu'on en juge... 

L'idée de son blog, le "Wine Library tv" (littérallement: "Oenothèque télé"), est simple: pour faire aimer le vin, il faut le rendre accessible. Pas question donc de jouer les Parker cravatés, le coté vieux cuir bostonien ou les expressions codés. La dégustation n'est plus une affaire d'expert. Elle est, dit-il, "à la portée du premier venu".

Dans un décor qui évoque ces "Fraternités" masculines dont regorgent les campus US, Gary, assis derrière une table de coach, joue donc les initiateurs. Ici, on recrache dans un vieux casque de football, le Bourgogne du Domaine Bertagna sent "le cornichon russe" et "les baies sauvages", avec "pour vous dire la vérité une petite odeur d'engrais" (!). Le Pinot Californien est "punchy". Quand au Gigondas (prononcez "Dji gone dasseu", épisode 505), "il fait retentir le tonnerre". C'est tellement efficace que ça se passe de traduction. 

Démonstration...


Avec des bouteilles de Bourgogne et de vin Californien à 40 dollars pièce, il fallait oser!

Mais au fait, lui demande un soir Conan O'Brien la star du talk show nocturne de NBC, qu'est-ce qu'un
vin qui "fait retentir le tonnerre"?
"C'est simple, répond du tact au tact Gary. C'est un vin énorme, qui a le goût d'une bouteille à 30 "bucks" (dollars en argot, ndla), alors qu'elle n'en coûte que 7!"
Au pays de l'Oncle Sam, la franchise et surtout le toupet paient.

Résultat: le petit commerce en vin des Vaynerchuk ne s'est jamais aussi bien porté. De la "Liquor Store" paternelle du New Jersey, Gary a fait un réseau national qui engrange chaque année 45 millions de dollars de chiffre d'affaire. Consacré à la Une du Wall Street Journal, invité régulier des grands shows télévisés, le fils prodigue vient de publier son premier livre. A 32 ans, il propose désormais des séminaires, vend ses conseils business aux audacieux et organise même au printemps prochain une croisière de dégustation dans les Caraïbes naturellement baptisée "Thundercruise" (la croisière du Tonnerre).

Comme dit si bien Gary à la fin de sa chronique quotidienne:
"Nous allons changer le Monde du Vin... Que ça leur plaise ou non!"
Pendant quelques semaines - et plus si affinités - le VdmA hébergera donc Gary. Vous trouverez désormais ses cinq chroniques hebdomadaires en colonne de gauche. C'est rarement 100% bio, mais toujours 100% décapant.

5 commentaires:

Iris a dit…

Pour les germanophones, il y a aussi une version toute neuve au feminin fait avec brio par Marlene Diuffy en Allemand ici:

http://www.youtube.com/bottleplot

Mais j'adore aussi votre blog. Pour moi, "le vin de mes amis" est actuellement ce qui se fait le mieux en publi-journalisme dans la blogophère. Bravo au cercle de vignerons, qui a trouvé cette forme éfficace de marketing, qui est en plus très agréable à lire!

Steve L. a dit…

10 dollars = 10 'bucks' ( au lieu de 'boxes'; 'a box' = une boite). N.B.--Gary aime les vins de Didier Barral, le sujet du post precedant.

levindemesamis a dit…

@ Iris: rectification.

Le VDMA n'est pas "une forme de publi-journalisme" (horreur!), mais bien le récit par un journaliste de la vin de ses amis vignerons et des débats qui agitent la profession. Un as du marketing, aurait évoqué le coté "animal" des vins de Didier Barral?

Parlons plutôt de "journalisme positif", si vous voulez, en ce sens que l'objectif n'est pas de blesser mais de partager une passion. La vérité - et pas seulement celle du terroir- n'en reste pas moins le but ultime.

@ Steve. Merci, je corrige.

Levindemesamis.

FalconHill a dit…

"pour faire aimer le vin, il faut le rendre accessible" --> Magnifique définition et postulat de base.

Merci de la découverte, je chercherai à en savoir plus sur lui.

Cordialement

Iris a dit…

rectification accepté:-) - cela sonne beaucoup plus jolie!

Rectification de mon commentaire: c'est Marlene Duffy, qui publie ses vidéo viniques sur bottleplot...

et pour Barral: définitivement à prendre pour moi! J'adore ses vins - et je saurais faire abstraction d'un eventuel coté "animal", on en trouve aussi parfois à l'ouverture de la bouteille dans mes vins, normalement un bon coup d'aération suffit - il suffit d'être un peu patient...