mercredi 16 janvier 2008

Tout commence par une balade...


Journaliste depuis près de vingt ans, reporter, correspondant à l'étranger puis animateur de débats et présentateur, je n'ai guère eu de temps à consacrer à ce qui fût il y a quinze ans une passion ephémère : le vin. 

Je venais de tourner un magazine à Saint Emilion. J'en étais revenu transformé. La rencontre sans doute sous les boiseries de la salle à manger du chateau Cheval Blanc avec un 71 qui, à défaut d'être un grand millésime, s'était avéré époustouflant pour le novice que j'étais alors. Dans la foulée, j'avais découvert le Cairanne d'un certain Marcel Richaud (l'étiquette n'a pratiquement pas changé...), dont on a depuis beaucoup reparlé. 

Et puis les reportages se sont succédés. De faits divers en tournage de guerre, du terrain aux plateaux et aux studios... Le temps a passé et si j'ai continué à apprécier le vin, je n'ai plus guère pratiqué la découverte du vignoble et de ses vignerons. 

A 40 ans, partagé entre Paris et le Languedoc, je ne pouvais que revenir à ces premières amours : le beau, le bon vin, élevé par des passionnés dans le silence de leur cave après des mois de patients - et pénibles - va-et-viens dans les vignes. Dans cette région de Carignan et de Syrah, de coopératives et d'indépendants, le hasard et mon ami Robert, m'ont mis sur le chemin d'un jeune vigneron d'Arzens (Aude), créateur courageux du Mas de mon père : Frédéric Palacios. C'est lui qui m'a emmené...

L'ami Frédéric m'a présenté Jean-Marc, puis Jean-Baptiste, qui m'a parlé d'Antoine puis m'a proposé une escapade à la rencontre de Maxime, chez qui nous avons bu un très surprenant Léon... Avant d'attaquer les vins d'Olivier par la D18.

Et voilà comment tout a commencé : par une balade.  

Loin des Grands Chateaux, à des encablures des grandes maisons de Bourgogne, à des lieues du fracas marketing des foires au vins (que je fréquente, bien sûr, ne trichons pas...), ou des bars à la mode de la capitale, j'ai pris avec eux des chemins de traverse à la rencontre de drôles de vins de pays et de petites appellations qu'autrefois je n'aurais même pas regardées.

J'ai lu qu'on appelle cela désormais des "vins d'auteur"

A Gap, chaque année, un restaurateur parisien, François Briclot (ci-contre) leur consacre un festival. Il a tout mon respect. L'expression est déjà prise ? Tant pis ou tant mieux... J'achète l'idée : dans un univers viticole en crise, entre "parkérisation" du goût ("tous bordelais"), concentration des caves coopératives et surproduction, dans un marché soumis aux vents changeants de la mode, l'idée qu'une poignée d'hommes tentent de vivre de leur passion sans céder aux sirènes du marketing me ravit. 

Mes amis sont de ceux là. 

J'aime leur vin, parce que ce sont des vins généreux, originaux, uniques: j'aime le "comme par magie" sec et équilibré de Frédéric Palacios (ci-dessous dans ses vignes de la Malepère), le Viognier rond et accueuillant de Jean-Marc de Crozals, j'aime la Bégou de Maxime Magnon, ses faux airs de Macon élevé en barrique après avoir essuyé le soleil et les nuits glacées des Hautes-Corbières, j'aime la Nine de Jean-Baptiste Sénat. J'aime ces vins et d'autres parce qu'ils respirent la passion de leurs auteurs, parce qu'ils me les ont raconté. Parce que leur premier geste a été de me dire : 

"Viens, on va dans les vignes, c'est là bas que ça se passe..."

Longuement, comme à un enfant, ils m'expliquèrent ensuite les rudiments de leurs métiers.

Oh, chacun bien sûr à son mot à dire sur le travail du voisin! Chacun a ses méthodes, sa chapelle, ses credo. Ses amitiés... "Deux vignerons, trois idées...", pour détourner une phrase bien connue. Mais, au delà des débats passionnés, sur les vendanges mécaniques ou 100% manuelles, le désherbage à la binette ou à la chèvre (mais jamais chimique!), le vrai prix d'un vin... Ils se reconnaissent entre eux comme des artisans dans un monde de plus en plus formaté. Et ils se respectent pour tels. 

Ici vous l'aurez compris, je ne m'aviserai ni de noter ni de décerner des médailles ou des couronnes. Je n'en ai ni les diplômes, ni l'expérience. Encore moins le goût. En revanche vous pouvez vous attendre à avoir de leurs nouvelles. Vous saurez où et quand les croiser. Vous assisterez à des rencontres, des adoptions, des initiations... Vous partagerez leurs débats, leurs interrogations, leurs coups de gueule et vous pourrez évidemment vous méler au club.

Toute mon ambition, la seule, est de vous faire partager leur passion. De faire lien. Et de continuer à élargir le cercle. 

5 commentaires:

Toréador a dit…

Je suis le premier à commenter. Bravo pour ce nouveau blog : je salive d'impatience. Pour ma part, je suis attaché au même Pomerol depuis 3 ans, mais si tu sais te montrer convainquant, peut-être abandonnerai-je mzq premières amours !

Toréador

florent a dit…

A la faveur d'une éscapade new-yorkaise (de 3 mois tout de même !)mes parents m'ont déposé chez la mamie de Pauillac. Travaillant à la vigne, montant tous les jours un relief classé "hors-cathégorie", cette dame a transmis le goût de l'effort, de la nature et du vin à toute la famille. JUSTE LE GOÛT !
ET JUSTE LE BORDEAUX ! (et plus précisemment l'espace situé entre la forêt des Landes et l'estuaire de la Gironde). Rien de technique, juste une passion, la soif d'apprendre encore et toujours.
La philosophie de ce blog !
Je m'accorde, ainsi, le titre de "client idéal". Mon inculture crasse dans ce domaine et l'exclamation* lancée en décembre 1999 lors d'un repas m'attirant les foudres de la famille, je compte sur cette page pour me hisser à un niveau acceptable vis à vis de ces gens.
Me rendant, de temps en temps dans l'Aude, je prendrais soin de noter quelques adresses et quelques conseils.

Florent.

(* "Ah ! je reviens de Bourgogne... ils ont des vins déments !")

delricou a dit…

La forme est pas mal, le fond également je dirai c'est bien!
Maintenant on peut se donner des bons plans de "vins d'auteurs".
bises

Edith a dit…

J'aime l'idée de ton blog et les vins de passion, le Languedoc est une terre rude et les vins sont comme leur créateur passionnants et passionnés.Arzens je connais bien aussi et aime ce terroir
Bravo pour cette belle idée

Iris a dit…

Je viens tout juste de découvrir - beaux textes, belles photos, beau monde et beaux vins - quelle plaisir pour une amoureuse du Languedoc et de la vigne! Je vais mettre l'adresse dans mes favorits!