lundi 30 juin 2008

Savez-vous compter les cicadelles?


On en découvre tous les jours... En pleine bagarre contre le mildiou, alors que vient l'instant fragile où la fleur commence à se faire fruit, où l'on va enfin savoir si les vignes ont passé sans encombre ce printemps diluvien et que l'oïdium pointe le bout de son nez, voilà mes amis aux prises avec un nouvel ennemi: la cicadelle.

Derrière ce nom charmant se un minuscule petit insecte vert, presque translucide et porteur d'un virus mortel: la flavescence dorée. Les feuilles brunissent, les ceps noircissent: la plante s'étouffe littéralement. Et, en la matière, c'est le nombre qui crée le danger.   

On s'est donc mis à compter les cicadelles...

Regardez ce jeune stagiaire, appliqué à observer les feuilles de vignes sous toutes leurs coutures, un gros cahier rouge sous le bras. C'est l'envoyé spécial chez les Palacios du Biocivam, l'association qui accompagne les vignerons bio. 80 euros la visite et une feuille de comptage pratiquement vierge. Soulagement au Mas de mon père: on pourra se passer de traitement imposé. 

Car même si la Rotenone est acceptée en bio, ceux qui l'ont testé savent que c'est un insecticide extrêmement agressif:
"Lors des périodes de traitement (imposé par la Préfecture du Rhone, ndla), je mets tout le monde dans la voiture et on file 2, 3 jours à la montagne, raconte de son coté Marcel Richaud. Le nuage recouvre le village. Et le Rotenone, ça tue tout. les abeilles, les hirondelles, les poissons... Il se dit même que c'est une cause possible de la maladie de Parkinson chez le vigneron. Pour sauver quelques pieds de vignes, éviter d'arracher les pieds contaminés, on zigouille le reste."
Des études sont menées pour tenter d'introduire dans le vignoble les prédateurs de la Cicadelle. Comme la coccinelle au puceron... Dix ans que ça dure. En attendant, certains vignerons, dans le Languedoc comme en Vallée du Rhone, commencent à s'inquiéter de voir les Préfets décréter l'obligation de traitement à l'aveugle: une sorte de principe de précaution appliqué aux insecticides.
"A Cairanne, raconte encore Marcel, nous avons organisé un comptage des cicadelles. Tous ensemble, bio et chimique réunis... On n'a pratiquement rien trouvé. Alors lorsque le préfet a publié le décret, moi j'ai tout simplement refusé de traiter. Tout ça parce qu'on ne veut plus passer du temps dans les vignes. Alors on sort le parapluie et on arrose, même les vignes saines! Et après on te parle de Grenelle de l'Environnement?! Bonne blague..."
Ce qui vaut pour la cicadelle vaudrait ainsi pour le mildiou et les autres maladies. Un peu d'attention portée aux vignes, un peu de temps et de précision, pour s'éviter des traitements systématiques. Et si c'était le secret d'une démarche véritablement respectueuse de l'environnement? Comme dit la pub : "les antibiotiques c'est pas automatique"... Les insecticides non plus. 

3 commentaires:

Anonyme a dit…

En réalité, il existe plusieurs type de cicadelles; En générale on distingue la cicadelle des grillures (moins nocive) de la cicadelle de la flavescence dorée ("la citadelle de l'effervescence dorée" comme on dit au Plan de Dieu dans mon village).
Bonne continuation.
Jean-Hervé

Iris a dit…

Mais cela fait déjà au moins dix ans, que ces traitements à l'insecticide (au nombre de trois en début d'été) sont obligatoire dans l'Hérault - et toujours pas de résultat des recherches.

La majorité des viticulteurs ne traite pas à la rotenone, c'est sur... les compteurs, je les ai déjà eu il y a dix ans, quand j'avais dis, que je n'allais pas empoisonner ma vigne - heureusement avec le même résultat que vos amis - ils ont juste trouvé un nombre de prédateurs utiles incroyable à la même occasion...

Le traitement suit la vieille devise bien connu du siège de
Béziers: "tuez les tous, Dieu reconnaitra les siens"!

eric repeprt a dit…

c'est vrai que c'est du brutal la rotenone, elle dégage tout ce qui rampe, vole, marche, grimpe à sang froid. Les effets sur le "sang chaud" sont encore mal connus.
Très efficace sur les doryphores ;-) , 2 passages par an dans mon jardin alors que mon voisin bombarde avec un mixture achetée à un chimiste sans grand résultat.
eric